Pages

mardi 22 novembre 2016

Miss Peregrine et les Enfants Particuliers, Tome 3 - La Bibliothèque des Âmes

La Bibliothèque des âmes (Miss Peregrine et les enfants particuliers, #3)



Auteur : Ransom RIGGS
Editeur : BAYARD Jeunesse
Collection : -
Pages :  587 pages
Prix : 17,90€
Date de Publication : 11/05/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Un nouvel épisode terrifiant. On apprend le noir dessein du second frère de Miss Peregrine : s’approprier les âmes des enfants particuliers les plus puissantes, afin de devenir le Maître du monde.
 
 
 ☃☃☃☃☃
 
Mon Avis :
Alors autant être claire et nette dès le début, ce troisième et dernier tome de cette saga a été une énorme déception pour moi. Il m'est tombé des mains.
 
De quoi parle cette série en gros? Jacob découvre après l'assassinat de son grand-père qu'il est particulier (c'est-à-dire qu'il a des capacités/pouvoirs extraordinaires) et qu'il n'est pas le seul. Il va alors rencontrer d'autres enfants particuliers et être entraîné dans de sombres aventures.
 
Les objets livres sont absolument magnifiques : l'auteur joue et construit son histoire via des photos originales et bien flippantes. Toute l'originalité de cette histoire vient de là et aussi du monde créé par Ransom Riggs.
 
J'avais bien aimé les deux premiers tomes même si j'ai pu constater que j'oubliais vite ce que j'avais lu entre chaque livre. Pas d'exception ici. J'ai démarré ce dernier tome sans aucun souvenir ou presque des deux premiers. Et le problème ici c'est qu'il n'y a pas grand chose qui nous aide à nous remettre dans le bain.
Ce dernier opus fait près de 600 pages et c'est beaucoup trop long. Je me suis ennuyée. J'étais à près de 400 pages lues et je me demandais encore quand l'histoire allait vraiment démarrer et l'intrigue avancer. Les 150 dernières pages sont plus intéressantes et donnent les réponses aux questions encore en suspens mais ce dernier tome est selon moi inutile. Pourquoi faire une trilogie quand on n'a pas la matière pour le faire? Une duologie aurait été suffisante.
 
Ceci étant dit, l'univers est intéressant et l'adaptation de Tim Burton sera un de mes prochains films à voir parce que Tim Burton tout simplement. Mais c'est dommage de terminer une saga par une si mauvaise impression. Malgré tout, mon avis est plutôt à contre courant car la plupart des lecteurs ont beaucoup aimé alors n'hésitez pas à vous faire votre propre idée.
 
 
 
11/20
 

jeudi 17 novembre 2016

Avec Tes Yeux

Avec tes yeux (Sang d'encre)



Auteur : SIRE CEDRIC
Editeur : Presses de la Cité
Collection : Sang d'Encre
Pages :  550 pages
Prix : 21,50€
Date de Publication : 08/10/2015




Pour vous le procurer






Synopsis :
Thomas ne croit que ce qu'il voit, mais personne ne le croit...
Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer...
 
 
 ☃☃☃☃☃

 
Mon Avis :
J'ai lu ce livre en pleine période d'Halloween pour être dans un contexte opportun à cette lecture. Et clairement bon choix parce que voilà un titre qui empêche de dormir.

 "Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer..." nous dit le synopsis, mais le nôtre aussi. En effet, Sire Cédric n'épargne pas ses personnages et nous non plus car il nous décrit leurs moindres douleurs (physiques ou morales) dans le détail.
 
"-Laissez-moi...implore t-elle. S'il vous plaît laissez-moi...
Mais la bouche de l'homme effleure sa paupière.
Ses lèvres pressent. Un baiser. Appuyé. Sur la membrane tremblotante. Il sent le globe oculaire paniqué, en dessous. Ses mouvements saccadés. Le goût salé des larmes qui coulent de plus belle.
- Au secours...
-Il n'y a que toi et moi, murmure-t-il à son oreille. Je vais te raconter une histoire que je tiens de ma mère. C'est l'histoire d'une princesse qui vivait toute seule, car elle se croyait en sécurité dans sa grande maison. Elle ignorait que dans la nuit se cachent des diables invisibles. Ils ont un jeu, ces diables. Ils aiment pénétrer dans les maisons des princesses qui ne croient pas en eux. Et ensuite, tu sais ce qu'ils leur font, à ces petites salopes ? Tu sais comment ils entrent en elles ? Je vais te donner un indice... On dit que ce sont les portes de l'âme... "
 
Grâce à une écriture sèche, tranchante, des phrases courtes quelques fois nominales, des chapitres courts également, l'auteur nous livre ici un vrai page-turner.
De plus, nous alternons également les points de vue entre Thomas bien sûr et Nathalie, une jeune flic ayant un bagage personnel assez lourd à porter. Ils vont tous les deux se retrouver impliqués dans cette enquête sur le meurtre d'une jeune fille retrouvée chez elle atrocement mutilée, notamment avec les yeux arrachés et introuvables...
Clairement l'auteur sait magner les codes du thriller bien noir mais il flirte toujours un peu avec le fantastique.
 
En bref, j'ai rencontré Sire Cédric avec cette lecture et j'ai vraiment beaucoup aimé. Ce livre ne sera donc certainement pas mon dernier de cet auteur.
 
 
15/20
 

mardi 15 novembre 2016

Petit Pays

Petit Pays


Auteur : Gaël FAYE
Editeur : GRASSET
Collection : -
Pages :  224 pages
Prix : 18€
Date de Publication : 24/08/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l'harmonie familiale s'est disloquée en même temps que son "petit pays", le Burundi, ce bout d'Afrique centrale brutalement malmenée par l'Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d'orages, les jacarandas en fleurs... L'enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.
 
 
☃☃☃☃☃
 
Mon Avis :
 
"- La guerre entre les Tutsi et les Hutus, c’est parce qu’ils n’ont pas le même territoire ?
- Non, ce n’est pas ça, ils ont le même pays.
- Alors… ils n’ont pas la même langue ?
- Si, ils parlent la même langue.
- Alors, ils n’ont pas le même dieu ?
- Si, ils ont le même dieu.
- Alors… pourquoi se font-ils la guerre ?
- Parce qu’ils n’ont pas le même nez."
 
Nous retrouvons ce dialogue qui résume si bien l'absurdité de cette guerre et de ce génocide dès les premières pages du roman. Gaël FAYE ne cherche pas à nous expliquer le pourquoi de cette violence pure, il ne veut pas nous inculquer une quelconque leçon. Il ne fait que nous raconter ce qu'un enfant a pu vivre à ce moment-là. Et c'est ce ton-là, cette candeur enfantine qui rend ce texte si beau et encore plus frappant que toute leçon d'histoire.
 
Notre jeune héros, Gaby, vivait paisiblement au Burundi avec son père français, sa mère Rwandaise et Tutsi, et sa sœur Ana, jusqu'à ce déchaînement de violence. Gaël Faye utilise son talent d'écrivain pour nous décrire avec emphase cette enfance si douce :
 
"Rien n’est plus doux que ce moment où le soleil décline derrière la crête des montagnes. Le crépuscule apporte la fraîcheur du soir et des lumières chaudes qui évoluent à chaque minute. À cette heure-ci, le rythme change. Les gens rentrent tranquillement du travail, les gardiens de nuit prennent leur service, les voisins s’installent devant leur portail. C’est le silence avant l’arrivée des crapauds et des criquets."
 
 
Si la plume est incontestablement belle, j'ai trouvé que le début du roman était un peu long. Même si ces passages sont utiles pour bien marquer la bascule nette et rapide dans l'horreur qu'ont subi les personnes Tutsi et tous ceux liés à ce génocide atroce.
 
Dans un même temps, et c'est qui m'a le plus marqué, cette écriture sait aussi être universelle. Malgré le contexte de l'histoire, les lieux, les coutumes, les styles de vie. J'ai réussi à me sentir impliquée et même à me reconnaître dans certains passages.

 
"L'enfance m'a laissé des marques dont je ne sais que faire. Dans les bons jours, je me dis que c'est là que je puise ma force et ma sensibilité. Quand je suis au fond de ma bouteille vide, j'y vois la cause de mon inadaptation au monde."
 
J'ai étudié plus précisément le génocide rwandais il y a plus de 10 ans maintenant, et ce livre au même titre que le film "Hotel Rwanda" restera un de ceux qui m'ont marquée au fer rouge. Le prisme de l'enfance est un choix plus que judicieux de la part de l'auteur. C'est un magnifique premier roman de par son sujet mais aussi de par son traitement, et grâce à cette écriture si belle et sans fioritures.
Une lecture nécessaire.
 
 
 
15/20

jeudi 10 novembre 2016

Ta Façon d'Etre au Monde

Ta façon d'être au monde



Auteur : Camille ANSEAUME
Editeur : KERO
Collection : Ebook Kindle
Pages :  234 pages
Prix : 12,99€
Date de Publication : 14/01/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Elles sont amies d’enfance. L’une est inquiète, rêveuse, introvertie ; l’autre est souriante, joyeuse, lumineuse. Ensemble, elles grandissent, découvrent la vie, l’amour. Jusqu’à ce qu’un drame bouleverse le monde qu’elles se sont bâti... Un roman poignant sur l’amitié, le deuil, et sur ce point de bascule irréversible qui sonne la fin de l’insouciance.
 
 


Mon Avis :
Quand j'ai fermé ce roman, que j'ai par ailleurs lu très vite, j'ai eu un drôle de sentiment. Ma première impression a été : "donc j'ai lu ce livre... Mais que m'a-t-il apporté?". C'était un peu comme une lecture "blanche", neutre, sans aspérités. Très étrange quoi. 
Aujourd'hui, presque un mois plus tard, je me rends compte que j'ai beaucoup repensé à ce texte et que cette histoire a eu un écho particulier pour moi. Comme quoi être en retard dans l'écriture de mes billets et pouvoir prendre du recul sur mes lectures a quelques fois du bon...

Indéniablement, Camille Anseaume a une très belle plume. Cependant, j'ai quelques fois eu l'impression qu'elle se regardait écrire : c'est-à-dire que certains passages ne semblaient pas naturels et bien trop travaillés, retravaillés jusqu'à en perdre de la substance. La première partie du roman notamment, avec ce choix narratif a eu pour conséquence de me laisser totalement en marge de ma lecture et de n'avoir pas vraiment d'empathie pour les héroïnes.
Malgré tout, certains passages sont absolument magnifiques et m'ont beaucoup parlé.

"Elle préfère ceux qui ne l’aiment pas ou en aiment une autre. D’abord parce que ne pas l’aimer est une preuve de leur intelligence. Aussi parce qu’elle se sent avec eux une affinité immédiate, comme s’ils étaient soudain du même bord, elle aussi préfèrerait fréquenter une autre peau que la sienne."
 
Le synopsis ne dit pas grand chose de l'histoire et c'est très bien comme ça. Même si j'avoue que j'ai mis du temps à comprendre l'intérêt et le but de ce récit. La fin cependant nous apporte toutes les explications.
 
En résumé, un livre atypique pour une lecture qu'il est bon de laisser diffuser pour l'apprécier.
Je remercie NetGalley et les éditions KERO pour cet envoi.
 
 
14/20

 


 
 
 

Beaux Rivages

Beaux Rivages



Auteur : Nina BOURAOUI
Editeur : JC LATTES
Collection : -
Pages :  245 pages
Prix : 19€
Date de Publication : 24/08/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
C'est une histoire simple, universelle. Apres huit ans d'amour, Adrian quitte A. pour une autre femme: Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d'amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J'ai écrit Beaux rivages pour tous les quittes du monde. Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur. Pour ceux qui pensent qu'ils ne sauront plus vivre sans l'autre et qu'ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l'amour triomphera toujours. En cela, c'est un roman de résistance. N. B."
 
 
 
Mon Avis :
 
"L'amour véritable est rare et discret. Quand il survient il est aisé à reconnaître. Il rend grand alors que l'on se croyait petit. Il rend brave alors que l'on se croyait lâche. Il ne demande rien et n'attend rien en retour. Il se déploie en silence, avec lenteur. Il a tout son temps, car le temps est son allié. Cet amour est une science. Elle est ardue, compliquée, mais elle n'est pas impossible."
 
L'histoire d'une séparation. L'histoire d'une femme quittée pour une autre. L'histoire de son parcours vers la guérison de cette plaie qu'est la rupture amoureuse.
 
Un texte magnifiquement écrit et universel. Nina BOURAOUI trouve les mots, et les manie merveilleusement bien, pour définir ces tourments qui sont si communs et pourtant si difficiles à expliquer et surtout à partager.
Chacun d'entre nous se reconnaîtra forcément dans cette lecture, trouvera quelque chose qui lui parlera, et qui même l'aidera à comprendre ses sentiments qui quelques fois nous restent obscurs.
 
"Si les êtres échouent à se relier par la douceur, ils partagent un territoire commun: celui de la défaite amoureuse. Les larmes rassemblent davantage que les baisers."
 
Durant ma lecture, j'ai beaucoup pensé à "Rien de Grave" de Justine LEVY qui traite du même sujet. Ces deux textes sont très très beaux et sont peut-être meilleurs qu'une thérapie. A lire.
 
 
17/20

mercredi 9 novembre 2016

La Dernière Etoile - La Cinquième Vague Tome 3

La Dernière Etoile (La 5e vague, #3)



Auteur : Rick YANCEY
Editeur : ROBERT LAFFONT
Collection : R.
Pages :  418 pages
Prix : 17,90€
Date de Publication : 26/05/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
L’ennemi, c’est l’Autre. L’ennemi, c’est nous. Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu’elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver… Sous ces énigmes se cache une vérité : Cassie a été trahie. Pareil pour Ringer. Pour Zombie. Pour Nugget. Et pour les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient notre planète. Trahis en premier lieu par les Autres, et maintenant par nous-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre vont être confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau… ou sauver ce qui nous rend humains.
 

 
Mon Avis :
Troisième et dernier tome de "La Cinquième Vague" et une saga terminée pour moi (Youpi !), je ne vais pas m'attarder beaucoup sur cet ultime volet pour ne pas vous spoiler.

En bref, un bon dénouement pour une saga en dent de scie où bizarrement c'est le premier tome que j'ai le moins aimé. Ceci dit aucun de  ces trois livres n'a été une véritable découverte.
Rien de bien original au niveau de l'intrigue pour un livre Y-A, et toujours cette plume qui vraiment ne me convient pas et me laisse le plus souvent perplexe.
Cependant, le choix de fin de l'auteur sort un peu de l'ordinaire et ça fait du bien.

Si vous voulez plus de développements sur mon avis, voici ma chronique sur le tome 2 ici.


15/20

 
 

Tout ce qu'on ne s'est Jamais Dit

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit



Auteur : Celeste NG
Editeur : SONATINE
Collection : Ebook Kindle
Pages :  288 pages
Prix : 13,99€
Date de Publication : 03/03/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Lydia Lee, seize ans, est morte. Mais sa famille l'ignore encore...

 Élève modèle, ses parents ont placé en elle tous leurs espoirs. Sa mère, Marylin, femme au foyer, rêve que sa fille fasse les études de médecine qu'elle n'a pas pu accomplir. Son père, James, professeur d'université d'origine chinoise, a tant souffert de sa différence qu'il a hâte de la retrouver parfaitement intégrée sur le campus.

 Mais le corps de Lydia gît au fond d'un lac.

 Accident, meurtre ou suicide ? Lorsque l'adolescente est retrouvée, la famille Lee, en apparence si soudée, va devoir affronter ses secrets les mieux gardés. Des secrets si longtemps enfouis qu'au fil du temps ils ont imperceptiblement éloigné ses membres, creusant des failles qui ne pourront sans doute jamais être comblées.

 Bien sûr, Tout ce qu'on ne s'est jamais dit distille un suspense d'une rare efficacité. Mais ce livre qu'on garde en soi très longtemps est bien plus que cela. Celeste Ng aborde la violence de la dynamique familiale, les difficultés de communication, le malaise adolescent, avec une intensité exceptionnelle qui évoque l'univers de Laura Kasischke. En distinguant cette œuvre envoûtante comme l'un des meilleurs romans de l'année, les critiques anglo-saxons ont salué la naissance d'un écrivain majeur et fait le succès du livre, vendu à plus d'un million d'exemplaires.
 
 
 
Mon Avis :
Nous connaissons tous les Editions Sonatine pour leurs thrillers qui ont souvent une part psychologique importante, et ici c'est bien le côté psychologique et sociologique de ce texte qui prime. D'ailleurs, selon moi, il est difficile de catégoriser cet ouvrage comme un thriller.
En effet, l'auteure dissèque dans ce roman, à travers le prisme de la perte, la dynamique et les relations d'une famille américaine "moyenne" dans les années 70/80. Et c'est la vraie force de ce roman.
 
"Un jour, il y avait si longtemps, assise exactement à cet endroit sur le ponton, elle avait déjà commencé à sentir à quel point il serait difficile d'hériter des rêves de leurs parents. A quel point leur amour serait étouffant."
 
Grâce à une plume qui convient parfaitement à ce récit, c'est-à-dire précise, fine, qui épluche chaque couche des failles de cette famille où la communication est difficile.
Le synopsis évoque Laura KASISCHKE et son univers froid et le parallèle est en effet absolument pertinent, avec le roman "Esprit d'Hiver" en particulier (petite pépite bien dérangeante...).
 
Il y a bien sûr un côté enquête sur la mort de Lydia mais celle-ci est loin d'être la base et l'essence de ce texte. Nous saurons ce qui est advenu de Lydia, mais pas seulement parce qu'un super flic va s'échiner à résoudre cette disparition. L'auteure a choisi de nous dévoiler le fin mot de cette histoire en naviguant entre les différents points de vue de chaque membre de la famille Lee grâce à des flash-back.
 
En bref, ce livre est totalement hors-norme et prend à contre-courant les normes du thriller. Pour un premier roman, Celeste NG fait preuve d'une maturité dans l'écriture, le sujet et la construction tout à fait remarquable.
 
Je remercie NetGalley et les Editions Sonatine pour cet envoi.
 
 
 
17/20
 

lundi 7 novembre 2016

Les Mystères de Larispem, Tome 1 : Le Sang Jamais n'Oublie

Le sang jamais n'oublie (Les Mystères de Larispem #1)



Auteur : Lucie PIERRAT-PAJOT
Editeur : GALLIMARD
Collection : Jeunesse
Pages :  272 pages
Prix : 16€
Date de Publication : 08/04/2016




Pour vous le procurer






Synopsis :
Larispem, 1899.
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d'un régime populiste, trois destins se croisent... Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l'apprentie louchébem et Nathanaël, l'orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l'ombre d'une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution?

Maraudeuses, sabotages d'automates, livre indéchiffrable: au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétrofuturiste captivant. Un premier tome qui révèle le talent d'un nouvel auteur.


Mon Avis :

"Tu vois, Nathanaël, ce que je hais le plus chez les Larispemois, c'est cette façon de faire comme si Larispem était une cité entièrement neuve, née de leurs rêveries d'anarchistes. Voilà presque trente ans qu'ils changent le nom des rues, transforment les églises en club de discussion, en gares et en entrepôts. Pourquoi ? Pour que l'on oublie que Larispem n'est rien d'autre que Paris caché sous d'autres noms."
 
Après Christelle DABOS et sa "Passe-Miroir" (Chronique du tome 2 ici), voici la nouvelle gagnante du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard, Télérama et RTL.
 
Tout d'abord, bravo aux éditions Gallimard Jeunesse pour leur travail éditorial car l'objet livre est magnifique.
 
Il est difficile de ne pas comparer ce livre avec la série de Christelle Dabos qui a eu un immense succès grâce à une imagination débordante et une plume vraiment belle et travaillée. Lucie PIERRAT-PAJOT est par ces aspects-là clairement à la hauteur.
En effet, son univers d'un Paris Steampunk où l'on voue un culte à Jules Verne et où les bouchers tiennent le haut du pavé est tout à fait original et formidablement bien construit. Grâce à sa très belle écriture, finement précise et quelques fois poétique, on s'y croirait.
 
Quant aux personnages, j'ai eu le sentiment que nous ne faisions que les effleurer. Ce n'est pas négatif : nous sommes ici dans un premier tome et clairement les trois personnages principaux ont un potentiel énorme qu'il me tarde de découvrir dans la suite de leurs aventures dans ce Paris si original.
 
En conclusion, un très bon premier tome à tous les niveaux plein de promesses pour la suite.
 
 
 
16/20

 
 

Maestra

Maestra



Auteur : L. S. HILTON
Editeur : ROBERT LAFFONT
Collection : La Bête Noire
Pages :  372 pages
Prix : 9,99€
Date de Publication : 10/03/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Le jour, Judith Rashleigh est assistante dans un hôtel de ventes aux enchères londonien qui l'exploite malgré ses diplômes et son talent. La nuit, elle officie dans un bar à hôtesses où elle séduit sans effort.
Judith sait qu'elle doit jouer le jeu. Pour faire carrière et pour charmer les hommes, elle a appris à être une gentille fille... Jusqu'à ce qu'elle découvre une gigantesque escroquerie autour d'une fausse toile de maître. Licenciée avant d'avoir pu faire éclater le scandale, Judith décide de fuir avec un riche client sur la Côte d'Azur. Là-bas, un monde décadent et corrompu les attend. Là-bas, elle goûtera à la vengeance. La gentille fille deviendra femme fatale.




Mon Avis :
Il est plutôt rare que je ne mette pas la moyenne à un livre que je termine, mais celui-ci vraiment je ne pouvais pas faire autrement.
 
"Maestra" a été tellement vendu et annoncé comme étant un thriller hors-norme et je cite "sacndaleusement original" que j'en attendais beaucoup. Et alors quelle déception !
 
Ce livre pourrait être original de par le choix de l'auteure de nous parler de trafic d'art mais alors à part ça rien ne va. La plume est loin d'être aboutie, les scènes sensées être érotiques n'ont pas eu l'effet escompté (loin de là), le personnage de Judith est juste imbuvable, l'histoire en elle-même, tout ce qui arrive à cette femme, est tout simplement pas crédible.
 
Bref, c'est brouillon et peu concluant selon moi.
 
Ceci dit, d'autres personnes ont aimé ce roman alors n'hésitez pas à vous faire votre avis par vous-mêmes.
 
Je remercie NetGalley et les éditions Robert Laffont pour cet envoi.
 
 
 
08/20


Today We Live

Today we live



Auteur : Emmanuelle PIROTTE
Editeur : CHERCHE-MIDI
Collection : -
Pages :  238 pages
Prix : 16,50€
Date de Publication : 03/09/2015




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Une rencontre improbable...

Décembre 1944. C'est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d'exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l'enfant, tue l'autre soldat.
Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d'une humanité soumise à l'instinct de survie.

Aucun personnage de ce roman palpitant n'est blanc ou noir. La guerre s'écrit en gris taché de sang. Une écriture efficace et limpide.
 
 
Mon Avis :
Devant toutes les éloges entendues l'année dernière à la sortie de ce roman, évidemment j'ai eu envie de partager cet enthousiasme en empruntant ce livre à ma médiathèque. Et au bout du compte, ce fut une petite déception. C'est en fait l'épilogue qui a un peu sauvé cette lecture car sinon, et malgré seulement un peu plus de 200 pages, je me suis pas mal ennuyée.
 
Je ne sais pas trop ce qui m'a gênée dans ce texte car je me suis attachée aux personnages de Mathias et Renée, peut-être est-ce le fait qu'après quelques pages nous sommes dans une sorte de huis-clos, ce qui ne me plaît pas beaucoup.
 
Ceci dit, la relation Mathias/Renée est vraiment belle. J'aime beaucoup ces liens que même les personnes concernées ne savent expliquer. Et c'est bien grâce à elle que j'ai revu mon jugement à la hausse sur ce texte.
 
"Cette enfant lui insufflait une force, un élan vital, un goût de l'existence nouveau qui le galvanisaient et l'asservissaient plus intensément que tout ce qu'il croyait être les moteurs de son existence : la transe du combat, l'imminence du danger, la passion du risque, et la peur de la mort."
 
En conclusion, une lecture assez poussive pour moi malgré des personnages et un sujet intéressants.
 
 
 
15/20

A la Place du Coeur - Saison 1

A la place du cœur



Auteur : Arnaud CATHRINE
Editeur : ROBERT LAFFONT
Collection : R.
Pages :  252 pages
Prix : 16€
Date de Publication : 01/09/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un "plus si affinités"
Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la "première fois". Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes…
À la place du cœur, c’est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l’horreur à l’œuvre, à tenter de ne pas confondre l’information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l’amour (qui, par définition, postule que le monde peut bien s’écrouler) cohabite-t-il avec la mort en marche ?
Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu’on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?
 
 
Mon Avis :
Là où ce roman est le plus intéressant selon moi c'est qu'il parle des attentats de Charlie et de l'hyper casher à travers le regard d'ados d'une petite ville de province comme il en existe des tas en France, une petite ville qui ressemble fortement à celle dans laquelle je vis personnellement. Aussi, ce traitement du sujet m'a parlé, le ressenti de ces ados face à la terreur et à l'horreur a souvent été le mien devant ces évènements qui ont marqué tout un chacun et qui nous ont tous changés. Evidemment mes années adolescentes commencent à être bien loin derrière moi mais la peur, l'effroi, les larmes sont universels.
 
"On est sans cesse contraints de se demander si c'est un cauchemar, si on a bien entendu, bien vu; tout ça pour en arriver chaque fois au même constat : impossible de prendre la mesure des choses."
 
A travers Caumes et sa bande de potes, l'auteur interroge bien sûr les répercussions, directes ou indirectes, de ces attentats sur ces jeunes qui doivent se construire et trouver leur place dans un monde où l'horreur est 24h/24 sur les chaînes d'infos en continu.
Comment vivre et interpréter de tels évènements à travers un écran? Quel impact peut avoir de tels actes à des centaines de kilomètres de Paris?
 
Grâce à une plume crûe, incisive, j'ai envie de dire en colère, l'auteur réalise le tour de force d'allier fiction et réalité, et de nous faire ressentir des tonnes de sentiments autant pour ces personnages de fiction tellement attachants que pour le contexte réel dans lequel il les place.
 
En bref, un livre estampillé "Jeune-Adulte" mais qui est nécessaire à tout âge.
 
 
 
18/20
 
 
 

La Mésange et l'Ogresse

La mésange et l'ogresse



Auteur : Harold COBERT
Editeur : PLON
Collection : ebook Kindle
Pages :  425 pages
Prix : 13,99€
Date de Publication : 18/08/2016




 
 
 
 
 
 
Synopsis :
Une enquête romanesque au plus près de l'énigmatique épouse de Michel Fourniret pour tenter de cerner les terreurs de notre société à travers l'une des affaires les plus retentissantes de ces dernières années.

« Ce que je vais vous raconter ne s'invente pas. »
22 juin 2004. Après un an d'interrogatoires, Monique Fourniret révèle une partie du parcours criminel de son mari, « l'Ogre des Ardennes ». Il sera condamné à la perpétuité. Celle que Michel Fourniret surnomme sa « mésange » reste un mystère : victime ou complice ? Instrument ou inspiratrice ? Mésange ou ogresse ?
Quoi de plus incompréhensible que le Mal quand il revêt des apparences humaines ?
En sondant les abysses psychiques de Monique Fourniret, en faisant résonner sa voix, jusqu'au tréfonds de la folie, dans un face à face tendu avec les enquêteurs qui la traquent, ce roman plonge au cœur du mal pour arriver, par la fiction et la littérature, au plus près de la glaçante vérité.
 
 
 
 
 
 
Mon Avis :
Contrairement à la plupart des retours que j'ai entendus sur ce roman, je n'ai pas été vraiment captivée par ce livre.
 
Evidemment, le sujet annoncé est intéressant mais, selon moi, la plume de l'auteur pêche au récit par des répétitions nombreuses, et une écriture froide, limite clinique.
Peut-être est-ce un parti pris de l'auteur car ce couple FOURNIRET fait froid dans le dos, autant elle que lui.
 
Le texte s'organise à travers trois axes de lecture.
Le premier est celui du flic belge en charge de l'enquête qui est un personnage/homme qui m'a particulièrement touchée par son abnégation et son investissement dans cette affaire, quitte à délaisser sa famille.
 
"Ce dont je suis certain, c’est que cette affaire nous aura tous transformés en profondeur. C’est le seul point que je peux concéder à Fourniret : cette affaire est celle d’une vie. "
 
Le deuxième axe nous place dans la tête de Monique Fourniret avec de longs monologues, quasiment sans ponctuation : procédé intéressant pour démontrer le cheminement des pensées.
Et enfin le dernier axe est une chronologie des crimes commis par Fourniret, seul ou avec sa femme.
 
Je ne peux que saluer le travail de recherches réalisé par l'auteur mais le traitement de ces informations ne m'a pas plu. Dommage.
 
Je remercie Netgalley et les éditions PLON pour cet envoi.
 
 
14/20